About our project

UN FESTIVAL AU CŒUR DES PROBLÉMATIQUES ACTUELLES UNE LIGNE ÉDITORIALE ENGAGÉE !

 

 

Avec une sélection misant sur la diversité, allant du documentaire anthropologique au filmd'aventures, le Festival des Récits de la Mer proposera des découvertes récentes autant quedes classiques (la magie de l'océan ayant exercé sa fascination sur le cinéma depuis sesdébuts). Stimulant la production de films sur les problématiques environnementales ethalieutiques, le festival favorisera leur circulation, révèlera des jeunes réalisateurs nationauxet privilégiera les oeuvres marquantes, c'est-à-dire celles qui font de la mer, non un simpledécor, un spectacle teinté de couleur locale ou un simple reportage, mais la substance d'uneréflexion approfondie tant au niveau de la forme que des contenus. Ce compromis s'incarnedans une programmation ayant pour objectif de fédérer les cinéastes, les experts et le grandpublic, faisant de la rencontre autour des films un moment fructueux. Ainsi, ce festival, nonencore compétitif, aura prouvé le bien fondé de son existence.

 

Hichem Ben Ammar

Cinéaste et Fondateur de festival

 

QUE PEUT DONC FAIRE LE CINEMA POUR SAUVER LA MER?


     Partout la diminution des pêcheurs traditionnels est le symptôme sociologique d'un déséquilibre écologique de plus en plus flagrant. Face aux répercussions du réchauffement climatique, face aux conflits politiques, aux migrations clandestines et aux menaces sur la biodiversité, que peut donc faire le cinema pour sauver la mer? Certainement témoigner, sensibiliser, se mettre à l'écoute des premiers concernés qui sont les travailleurs en milieu halieute, véritables vigies dont les signaux doivent être interceptés pour ce qu'ils sont, c'est à dire de véritables alertes. Il est donc nécessaire de prendre en considération les préoccupations, les inquiétudes et les espoirs de cette catégorie socioprofessionnelle au sein d'un espace de dialogue favorisant une meilleure appréhension des problèmes.
Pendant longtemps, les pêcheurs ont été représentés comme des bienfaiteurs, des héros modestes. Aujourd'hui, on les traite de prédateurs arrogants et on les accuse de causer d'énormes dégâts. Or, les ravages de la surpêche, la prise illégale de certaines espèces de poissons, ne sont pas le fait des pêcheurs artisans dont la capacité de nuisance est limitée, mais plutôt celui des industriels dont un système libéral, favorise la logique d'accaparement des ressources, quand il ne l'impose pas tout simplement à l'échelle planétaire.


     Dans beaucoup de pays du Sud, comme les pays africains par exemple, les pêcheurs appauvris se plaignent de cette concurrence, tant les moyens sont disproportionnés, dénoncent le pillage auquel se livrent, en véritables armadas, les flottes européennes, chinoises, coréennes, japonaises, sud américaines. Ils déplorent la pollution qui dégrade la mer devenue le déversoir de tous les déchets. Ils souffrent de la diminution du poisson, de la dérégulation des relations sociales, de la désagrégation de leur corporation et du déclin irreversible de leur métier ce qui, dans certaines régions du monde, accroit les problèmes liés à l'alimentation des populations défavorisées. En fait, l'une des principales conséquences de la mondialisation est la monopolisation des mers quasiment privatisées par des groupes multinationaux de l'énergie, de la chimie, de l'aquaculture, du tourisme, des transports.


La nécessité de réfléchir à un niveau local impase le choix d'exemples significatifs et d'action in situ pour promouvoir des modalités spécifiques de résistance et de survie et, pourquoi pas, des solutions plus globales, d'où l'idée d'un tel festival dans un village côtier lui même affecté par la lame de fond de la mondialisation.


Avec sa démarche tout à fait spécifique, mettant l'audiovisuel au service du développement durable, le Festival des Récits de la Mer va forcément se distinguer car la conjonction de sa ligne éditoriale évidente, avec un contexte approprié, lui conferera la légitimité et la pertinence pour rayonner en Tunisie et dans toute la Méditerranée. En résumé, il s'agit de faire de El Haquaria, lieu significatif de par sa position, ses traditions et ses richesses naturelles, un exemple pilote de protection de l'environnement et du développement durable, le Festival des Récits de la Mer étant à la fois l'instrument et l'effet de cette initiative émanant de la société civile. Annuel, le Festival des Récits de la Mer va s'imposer d'emblée comme un label de la région et deviendra très vite, dans ce petit village au centre de grandes problématiques, une attraction touristique d'un genre particulier, valorisant un potentiel naturel exceptionnel, encore peu exploité. Ne dérogeant pas à sa réputation de terre d'accueil, El Haouaria deviendra, ainsi, le creuset des images
maritimes provenant de toutes les contrées et le lieu de fraternisation des pêcheurs du monde.

 

Sami El Kar
Président de l'Association Forum Hermaca
 

     Dans le cadre du festival des récits de la mer, l'association Hermaea en collaboration avec l'Institut supérieur des beaux arts de nabeul vise à valoriser le patrimoine culturel et historique de la région d'elhaouaria , à travers une série d'actions artistiques pointant des objectifs variés: le développement durable, a travers un tourisme alternatif et conscient (préservation du patrimoine maritime, archeologie Océane, echologie...etc.), l'art comme vecteur de développement et de mémoire (cinéma, photographie, peinture...etc), la mise en place d'un musé sous-marin (amerissage de dculpture en pierre), et faire de la région une destination touritique et culturelle previlégiée. notre objectif associatif tend vers un élargissement de perspectives et en optant pour l'engagement et l'investissement conscient des différents acteurs.

Med Ali YOUSSEF    

Maitre Assistant ISBAN

 

     L'association Hermaea Forum est une vision différente du travail associatif en Tunisie, à travers laquelle un groupe de travail, et non des individus dans son échelle administrative, cherche à cristalliser un travail alternatif qui élève la scène culturelle, artistique et de vie à l'emploi dans une société active...  et la nécessité de travailler en réseau entre toutes les structures de la société, ses individus et ses institutions, quelles que soient leurs différences dans tous les Aspects... Tout le monde est pour le succès.Les projets de leadership, malgré leur difficulté, tirent des objectifs nobles d'un point de vue académique, libre de querelles, de chaos, de populisme et d'improvisation.

 

Nazih HFAIYEDH            

Présdent de l'asociation Hermaea

APPROCHES ET PERCEPTIONS DU PROJET

 

 

        Le projet élaboré par l’association «  Hermaia », entre dans le cadre d’une animation culturelle et artistique du village d’EL HAOUARIA. Sous la thématique de l’errance dans les arts, que cet événement aura lieu. La corne du Cap-bon fera office d’espace d’échange et de partage de savoir, tant au niveau artistique qu’au niveau culturel et scientifique. Plongeant dans la mer, le cadre idyllique de la région offrira aux participants ainsi qu’aux différents acteurs de ces journées une atmosphère de paix et d’exaltation.

La programmation de l’événement mettra en perspective différentes thématiques et activités dont le but est de valoriser le produit historique et géographique de la région. Montagne et mer ne cesse de se tutoyer, offrant aux visiteurs un paysage à mille facettes. Des grottes, d’où fût extraites les premières pierres indispensables à la construction de Carthage, de la méditerrané qui longe ses falaises, de ses criques qui caressent les eaux cristallines, des différentes espèces d’oiseaux migrateurs qui y font halte avant de traverser le continent, jusqu’à la dernière découverte de l’épave d’Ariane datant de la première guerre mondiale, El Haouaria constitue une forteresse naturelle.     

Trois volets sont programmés pour cette manifestation : scientifique-académique, artistique et touristique-culturel.

 

Le volet scientifique-académique :

    Il y’aura un colloque qui se tiendra à la maison de culture d’El Haouaria, avec la participation des académiciens et des intervenants dans le domaine archéologique, historique et culturel.

Un débat s’ouvrira à la fin des interventions dans la perspective d’une interaction avec le public présent.

Une publication des différents articles est programmé afin d’élargir et alimenter le champ de la recherche.

 

Le volet artistique :

     Dans  le cadre de cet événement, un partenariat avec l’institut supérieur des beaux arts de Nabeul est signée pour :

L’encadrement des ateliers artistiques (sculpture, peinture, gravure, photographie, cinéma et technique audiovisuelle), par les enseignants des différentes spécialités.

Permettre aux étudiants des beaux arts de jouir d’une formation de terrain.

Alimenter le débat qui se tiendra chaque jour, autour des différents questionnements artistiques et culturels.

L’institut supérieur des beaux arts de Nabeul mettra à disposition des participants le matériel adéquat aux divers activités artistiques : appareils photographiques, matériels de tournage, peinture, aquarelle…etc.

Une exposition est programmée et un prix sera décerné aux meilleurs travaux.

 

Le volet touristique-culturel :

       « une journée de découverte de la région d’EL Haouaria »: